2008-09-10...

AUTO-CITATIONS

L'information est un produit de consommation.

Si tout se joue avant 6 ans, alors, pour la plupart d'entre nous, il eût mieux valu ne pas en avoir 7.

La pornographie est à l'amour ce que Michel Houellebecq est à la littérature.

Vous avez remarqué que moins les gens ont de choses à dire plus ils les disent fort ?

L'amour c'est comme la légion : engagez-vous, rengagez-vous, engagez-vous, rengagez-vous, engagez-vous, rengagez-vous.

Quand la nuit tombe sans se faire mal, le jour se lève du bon pied.

Quand on se doute de la fin, l'expression "vivre dangereusement" me semble être un aimable pléonasme.

Quand on n'est pas bien, la fuite ce n'est pas un manque de courage, c'est de rester qui serait une marque de faiblesse.

J'aime bien le "ne respirez plus " du radiologue, il permet l'exacerbation des autres sens.

L'espoir ne fait pas "vivre", il entretient l'illusion qu'une vie meilleure est possible.

Les jours sans, c'est comme les jours avec, sauf qu'il n'y en a pas.

Si aimer c'est comprendre, je crois que je n'ai jamais vraiment tout compris.

Etre nihiliste c'est simplement être prévoyant.

La vie c'est presque comme un préservatif, on ne s'en sert qu'une seule fois mais c'est elle qui vous jette.

Les ébats "amoureux" c'est déjà d'un ridicule... Si, en plus, faut se mettre un bout de caoutchouc, ça devient franchement grotesque !

Je préfère partir en fumée que rester en poudre.

La solitude est l'une des rares bonnes choses qu'on ne peut partager.

Quand les frigides errent on se les gèle.

Avoir un QI relativement élevé n'empêche pas d'être parfois très con, mais cela permet (est-ce un avantage ?) de s'en apercevoir très vite, contrairement aux vrais cons... qui persévèrent.

Au lieu d'être unique, le sens de la vie devrait être giratoire.

Pluvieux, je serai un continent.

Si "je est un autre" la masturbation devient équivoque.

La solitude c'est quand même mieux à deux.

Sans la mort, la vie serait une horreur absolue : quêter éternellement un bonheur toujours éphémère...

Quand on arrive à un "certain âge" ce ne sont pas les années passées qui pèsent le plus, ce sont celles à venir.

N'être qu'un grain de poussière dans l'univers n'a en soi rien de désespérant; c'est le fait d'en côtoyer d'autres qui peut le devenir.

Le narcissiste n'a en soi rien de fâcheux mais, à défaut de pouvoir se connaître lui-même, il en vient à se désintéresser des autres.

Le droit à la différence c'est aussi mon droit à l'indifférence.

Qui rit le vendredi, rit le vendredi.

Rien ne sert de pourrir, il faut mourir à point.

Emerveillons-nous de la vie à chaque instant, en n'oubliant pas qu'elle n'a qu'une seule issue.

Je ne sais pas toujours ce que je veux mais je sais ce que je ne veux pas.

Seuls les immortels pourraient, à la rigueur, se prendre au sérieux.

L'indifférence mène à la misanthropie.

 

Etre et ne pas être. Telle est la réponse.

J'aime à rêver d'un passé sans futur(e).

Entre le spermatozoÏde et l'asticot : mettons-nous au vert.

Aucun paradis n'est perdu. Cherchez mieux.

Evitons le dialogue. Optons pour le monologue contradictoire.

Une absence palpable engendre plus de délices qu'une présence molle.

La réalité dépasse l'affliction.

Quand on n'a rien à dire sur rien, autant le dire à personne.



SUCREBLEU

patrick.cassagnes@aol.com

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player